Pour un été « unplugged »

© Photos R.A.N.
© Photos R.A.N.
A-  |  A+
Le soleil est à son zénith. Alors déconnectez pour de bon. Oubliez smartphones, tablettes, GPS, oreillettes, ordinateurs portables… Vous pouvez vivre « sans ».

Yes you can ! Passez du système 2.0 au mode instinctif, reptilien, tripal… Décrochez du réseau. Cessez d’être des zombies à la merci du mainstream global et globalisant. Libérez vos doigts meurtris par les claviers ou les écrans tactiles. Dégagez vos oreilles des casques qui les retiennent prisonnières, vos mains trop occupées par les tweets et autres manipulations numériques de chaque instant.

Et branchez vous enfin sur l’énergie cosmique ! L’été est là. Serez-vous encore capable d’entendre le langage tellurique qui vibre sous vos pieds nus ? Saurez-vous reconnaître la brise sur le visage, la brûlure de la roche contre la peau, la prise de l’écorce sous les doigts quand vous oubliez un instant votre condition d’homo erectus pour vous élancer vers la cime des arbres ? En un mot, parlez-vous encore le langage de votre corps ?

Ce sera le défi de la saison.

Coteaux de vigne, villages fleuris, sentiers pointant les citadelles du vertige, territoires livrés au barefoot, à l’accrobranche, à la tyrolienne, à la via ferrata… Autant de théâtres naturels où exercer vos facultés corporelles. Seul ou dans la foule. En tête à tête, dans l’intimité d’une clairière, avec un arbre centenaire, ou bien au coude à coude avec les marathoniens du vignoble.

Courez, grimpez, sautez, volez. Ou bien roulez en VAE, VTT, VTC, sur les sentiers de l’Alsace pour reprendre langue avec l’alphabet élémentaire qui risque tant de nous faire faux bond.

Et si vous restez malgré tout un incorrigible rat des villes, oubliez la géolocalisation par satellite, coupez votre téléphone portable, allez vers les passants pour les interroger et trouvez sur les façades de la capitale alsacienne les fresques merveilleuses de l’Art Nouveau célébrant la nature victorieuse.

C’est elle qui aura le dernier mot.