OFF Derrière le papier, il y a le lecteur

© Christian Creutz
© Christian Creutz
A-  |  A+
Ses questions. Nos réponses.

Maria a le vague à l’âme.

Cher magazine, grâce à ton dossier sur l’art populaire alsacien, j’ai découvert une grosse supercherie : Chantal Goya et son lapin chasseur doivent beaucoup à l’Alsace et à ses rituels liés à Pâques ! Ce plagiat désormais découvert, c’est un pan de mon enfance qui s’évanouit.
Chère lectrice, l’Alsace est modeste ! Il est vrai que ses rites et coutumes ont su inspirer les plus grands. Voyez-le d’ailleurs ainsi : l’Alsace prête volontiers aux gens de talent ses légendes et, pas impressionnée, il lui arrive aussi d’en tirer profit. Comme cet été à Wesserling où Peter Pan a élu domicile. On emmène la petite fille qui est en vous y faire un tour.

Jean a la défense des animaux à cœur.

Chère rédaction d’Alsace Tendances, au fil des pages du dernier magazine, on peut s’apercevoir qu’en Alsace, à chaque printemps, ce sont petits agneaux ou Lammele, lièvres en chocolat, carpes du Sundgau et autres matelotes qui y passent. En Alsace, on mange aussi les cigognes ?
Cher Jean, vous y allez fort ! Mais il est vrai qu’en gros gourmands, les Alsaciens ont l’assiette bien remplie. Mais nulle cigogne farcie à l’horizon. Ces dernières, intelligentes et malicieuses, sont bien décidées à ne pas se laisser manger. C’est ainsi qu’elles construisent leurs nids bien haut, si haut que personne ne peut les atteindre. Pas bête la bête !

Une abonnée a pensé à nous depuis NYC.

Cher Alsace Tendances, à l’occasion de mes dernières vacances, j’ai eu le plaisir d’arpenter l’exposition dédiée à l’œuvre de Tomi Ungerer au Drawing Center de New York. A mon retour, quelle joie de recevoir mon Alsace Tendances… et de voir qui a signé votre dernier édito.
Chère Carmen, tout d’abord merci pour votre fidélité et votre enthousiasme très communicatif. A la rédaction, nous sommes toujours heureux de mettre à l’honneur nos génies, nos créateurs, tous ceux pour qui l’Alsace est une terre si fertile à leurs œuvres. Dans ce numéro, nous sommes encore plus contents de mettre en avant tous les artistes, venus du monde entier, qui feront bouger l’été alsacien, pendant toute la période des festivals.

Elias a besoin de bouger.

Cher magazine, j’ai eu l’occasion il y a deux ans de participer au SlowUp sur la Route des Vins d’Alsace. Superbe manifestation ! Cette année, j’ai bien envie de retourner en Alsace mais pour bouger, pour frissonner, pour me laisser surprendre. Une idée que vous pourriez partager ?
Cher Elias, des idées, nous en avons à revendre ! On sent jusqu’ici votre envie de vibrer et c’est avec plaisir que l’on vous emmène tout d’abord dans le sud de l’Alsace. Et si vous testiez la piste de l’Anneau du Rhin à Biltzheim ? Ou peut-être aimeriez-vous conduire une voiture de légende à la Cité de l’Auto à l’occasion de Historicars, qui vous donne l’opportunité unique de monter à bord d’un véhicule ancien ? Et plus au nord de la région, à Molsheim, c’est l’histoire des mythiques Bugatti que l’on vous conte ! Alors, conquis ?

Amaury, Emile, Angel, Malik, Louis… ont le coup de crayon.

Chers lecteurs, vous avez été très nombreux à nous écrire pour nous dire que, vous aussi, vous aviez de l’humour et souhaitiez être publiés, à l’image de vos idoles : Tomi Ungerer, Raymond Waydelich, Jean Risacher ou Pat Thiébaut. Merci pour vos sollicitations et vos élans créatifs ! La rédaction vous souhaite à tous de percer dans le métier et pour vous y aider, en Alsace, Central Vapeur est certainement l’interlocuteur tout trouvé. Mais promis, juré, vos dessins, on les a conservés !